027 452 02 90spectacles
L'EQUIPE

Alexandre Doublet

Direction

Alexandre Doublet est originaire d’Abbeville, petite ville du nord de la France : chez lui la culture existait peu. Il découvre le monde des livres et du théâtre grâce à une société locale de théâtre amateur : « on nous lisait des histoires, on repartait avec des livres et le samedi c’était mimes et comptines… ». Après une formation théâtrale à la Manufacture HETSR de Lausanne, il fonde la compagnie Alexandre Doublet en 2007.

Il apprend beaucoup de son expérience au Centre dramatique Poitou-Charentes sous la direction de Claire Lasne-Darcueil (aujourd’hui directrice du Conservatoire national supérieur d’art dramatique). Le centre a peu de moyen et ne dispose pas d’un lieu, la compagnie travaille sous chapiteau, un théâtre itinérant, rural, de petites villes en villages…. «Nous organisions des chantiers amateurs dans chaque village. J’ai tout appris, de la mise en scène aux politiques locales… ». Parallèlement il joue plusieurs rôles sous la direction de Nicolas Fleury ou Eric Vigner, danse auprès de Marco Berrettini, tourne sous la réalisation de Lionel et Adrien Rupp.

En 2008, Alexandre obtient le premier prix du concours PREMIO destiné à la jeune création suisse avec les 20 première minutes de «Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité – Platonov » d’A. Tchekhov. De 2009 à 2012, il crée, année après année, la série théâtrale du même nom.Alexandre Doublet a co-dirigé avec Denis Maillefer le Théâtre Les Halles de 2011 à 2015.Attentif, bouillonnant d’idées, Alexandre Doublet questionne constamment dans son travail ce que le théâtre/l’art en général peut apporter aux publics, en bien ou en mal…

Le premier spectacle de sa vie?

"Harold et Maude avec Danielle Darrieux, une pièce découverte grâce à son cours de théâtre amateur."

Etre un directeur, c’est :

"Programmer des spectacles, habiter là où on dirige le théâtre, fédérer les publics autour d’un projet, persévérer dans l’effort de faire venir des gens qui ne viendront jamais…"

Un spectacle marquant au TLH - Sierre ?

"Le Petit Chaperon rouge de Joël Pommerat parce que c’était le premier. Les deux soli Nixe et Obtus, Cie de Greff & Cindy Van Acker: sublime et hypnotique."

Marlyse Cordonier

Administration et partenariats commerciaux

Marlyse a de nombreuses cordes à son arc: la production, l’accueil (diplômée de l’Ecole de tourisme à Sierre)… Formée aussi comme accompagnatrice en montagne, elle conserve des liens forts avec la nature, une présence douce. Marlyse aime recevoir, sait communiquer, organiser, rendre service. Souriante, complice. Du théâtre, elle connaissait surtout celui qu’elle a pratiqué, petite, à Chermignon .A propos du TLH - Sierre, elle dit: «j’ai rencontré de belles personnes, souvent des nomades, j’ai découvert tout le travail en amont des spectacles.»

Le moment qu’elle préfère ?

"Quand les compagnies arrivent et que tout se met à bouger. Le matin tôt, quand elle allume les lumières et sent la belle énergie qui se dégage du TLH - Sierre. Les tartes salées de Vittoria..."

Un spectacle ?

"Ote donc le serpent que tu as dans ta culotte, une conférence spectacle de Maud Blandel et Visages d’enfants de Jacques Feyder par Hemlock Smith."

A quoi ça sert le théâtre ?

"C’est du plaisir, un moment pour soi, un lieu de questionnement, le théâtre provoque des émotions."

Valérie Quennoz

Chargée des relations publiques

TEXTE EN COURS

en cours

en cours

en cours

en cours

en cours

en cours

Vittoria Calabretto

Intendance et bar

Vittoria Calabretto exhale les herbes aromatiques de son Italie natale. Au TLH - Sierre, elle cuisine des soupes, des tartes salées ou sucrées et lors de chaque première au théâtre, des pâtes. La cuisine est venue sur le tard: «Quand je me suis mariée, ma mère m’a dit : «Je me fais du souci pour toi, tu ne sais même pas préparer une soupe !», alors elle m’a enseigné les rudiments». A son arrivée en Suisse, Vittoria s’est donc mise à la cuisine qui, progressivement, l’a ouverte au monde.

Le monde, c’est aussi la vingtaine de bénévoles qui se relaie au bar les soirs de spectacle, les spectateurs dont elle note les préférences.  Vittoria dit qu’elle n’est plus tout à fait la même depuis qu’elle travaille au TLH - Sierre, elle se sent «grandie». Mais apprécie toujours la tranquillité et l’intimité d’une conversation : «le carnaval n’est pas moi!»

Pourquoi faut-il venir au théâtre?

"Qu’on aime ou pas la pièce, il te reste toujours quelque chose parce que les acteurs sont là, en chair et en os. Je me souviens de mon premier spectacle, une sorte de speed dating, un face à face avec un comédien, j’étais vraiment impressionnée : c’est ça le théâtre !"

Un moment dans la journée?

"J’adore être au TLH Sierre après le spectacle, quand tout le monde est parti, je reste un moment seule, je me sens bien, contente de la soirée."

Comment trouvez-vous vos recettes ?

"Dans les livres, les journaux, sur internet ou alors je goûte un plat au restaurant qui m’inspire. Je teste toujours mes recettes à la maison avant de les présenter au TLH - Sierre."

Nicolas Bourban

Responsable technique

Les artistes ont parfois des idées incongrues mais souvent très bonnes. Le travail de Nicolas Bourban fait la part du possible: «tout est négociable», dit-il, «il faut le temps d’y réfléchir. Les limites, ce sont les murs, ensuite il faut être créatif pour rendre les choses possibles. »Nicolas aime l’Histoire qu’il a étudié à Fribourg, il aime aussi la musique qu’il pratique activement auprès de Charlotte Parfois et de Yapagnoloch (il fut guitariste pour Glen of Guiness durant 10 ans). C’est un curieux de nature, humble, alors de temps à autre, parce que la recherche lui manque, il suit les cours en ligne du Collège de France.

Du théâtre, il ne connaissait pas grand-chose, quelques pièces au théâtre Nuithonie de Fribourg et deux pièces à l’Arsenic, signées Denis Maillefer. Prémonitoire. La musique lui semblait plus accessible, le théâtre comme un petit monde refermé sur lui-même. Aujourd’hui, il dit: «Pour peu qu’on s’y rende, alors on y prend forcément goût».

Ce qu’il a appris ici ?

"Prendre les problèmes à bras le corps. Ne pas stresser car la plupart se règlent finalement assez rapidement."

Un spectacle ?

"Des histoires des Halles par la Cie Kokodyniak pour sa dimension sociale, humaine."

Ce qu’il aime au TLH - Sierre ?

"La vitalité, l’énergie, sa dimension sociale."

Aurélien Cibrario

Technique

Sérieux penchant pour les maths – un souvenir de la physique qu’il a étudié – avec une volonté tenace de comprendre les phénomènes qui l’entourent. Résoudre un problème l’enchante. Un esprit curieux et engagé dans le milieu associatif. Ce n’est pas pour rien qu’il a étudié la sociologie.Aurélien Cibrario aime l’éclairage qu’il a débuté en accompagnant le groupe de musique celtes « Anacuan ». Il entraîne ses yeux, se forme un regard.

Regarde-le coucher d’un soleil pour calculer sa portée, comprendre pour tenter de le reproduire. Fils de Franco Cibrario, l’un des fondateurs d’Atout Les Halles, Aurélien connaît bien ce théâtre. Petit, c’était son terrain de jeux, il se voit encore courir au milieu des décors du premier spectacle Le vent dans les cheveux… Le théâtre ? Le théâtre amateur a été une expérience fondatrice.

Un ou des spectacles aimés au TLH - Sierre ?

"Le petit chaperon rouge, Joël Pommerat."

Ce qu’il aime au TLH - Sierre ?

"Entretenir l’outil de travail. Bricoler, réparer, être perfectionniste: comment va-t-il placer son bout de scotch ? Inventer des bidules."

Le moment qu’il préfère ?

"Quand il vient très tôt et enfile son pantalon de travail dans le silence du matin. Lorsqu’un spectacle se joue à plusieurs reprises et que tout fonctionne à merveille. Les spectateurs sont assis, il ferme la porte, il a déjà vu le spectacle et bricole sur son ordinateur dans le foyer…"

Lidia Beldroega

Entretien

Polyvalente, souriante, Lidia Beldroega a recommencé à travailler depuis que ses enfants ont grandi. Originaire de la belle ville d’Evora, à une centaine de kilomètres de Lisbonne, elle trouve qu’il y fait un peu chaud à son goût! Arrivée avec ses parents à Sierre à l’âge de 9 ans, son chez soi, c’est ici.

Ce qui lui plaît ? Danser dans les bals avec son mari, sortir et aller au théâtre, croiser en chemin du monde, converser, dire bonjour : «Saluer, c’est la moindre des choses», dit-elle. Perfectionniste, Lidia n’aime pas qu’on touche à ses affaires de nettoyage! «Tout doit être en ordre». A son arrivée au TLH - Sierre, vu la taille du bâtiment et ses recoins, elle a pensé ne jamais y arriver… «Mais la bâtisse est finalement pratique à entretenir».

Que connaissait-elle du théâtre avant son arrivée ?

"Elle n’était jamais allée au théâtre auparavant et ne connaissait pas le TLH - Sierre, même si le bâtiment lui était familier."

Ce qu’elle apprécie au TLH - Sierre ?

"Son équipe, jeune et motivée. Elle aime que le TLH - Sierre intègre les écoles et les enfants dans leur programmation. Elle apprécie les spectacles destinés aux familles."

Un spectacle au TLH - Sierre ?

"Histoire des Halles de la Cie Kokodyniack pour apprendre tout ce qui s’est passé avant, un spectacle émouvant."

Société écran média

Communication visuelle
Portrait Anthony Salamin

Anthony Salamin

Webdesign

L'équipe des Bénévoles

Service au bar
Parvenez facilement au TLH !
logo le canton du valais encourage la culturelogo théatre prologo lotterie romandelogo ecavlogo hes so valais wallislogo manufcaturelogo magimalicelogo vidy théatre lausannelogo comédie de genèvelogo encirquélogo petit théâtre de sionlogo théâtre populaire romand la chaux de fondslogo thâtre alambic martignylogo crochetanlogo operation vadrouilleurslogo kultur wallis cutlture valaislogo migros pour cent culturellogo sierre salgeschlogo palp festivallogo fete de la danselogo resologo pro cirquelogo 20 ans 100 francslogo théâtre romandlogo canal 9logo machinerielogo le nouvelistelogo rhône fmlogo journal de sierrelogo biblio buslogo premiologo ecran medialogo ecran medialogo manhattan audiologo schoechlilogo lps

Sierre bouge,
restez au courant...
Reçevez notre Newsletter

icone coeur qui bat
Votre email nous est bien parvenu !
Au plaisir de vous retrouver !
Ooops, quelque chose n'a pas fonctionné lors de l'envoi de l'email.